Où est l'éthique ?

Qui vous a formé ?
C’est la question légitime que l’on peut poser à tout praticien ou tout enseignant de l’acupuncture, surtout s’il se prévaut de la Tradition.
Et s’il est traditionnel, le praticien (ou l’enseignant), se situera sans difficulté dans une mouvance liée certes à un grand nom connu, mais en mentionnant par qui il a reçu l’initiation.
S’il ne fait pas cela, de par son comportement, de fait, il se situe hors de la Tradition.
Nombreux sont ceux qui aujourd’hui se réclament d’un enseignement directement ou indirectement issu de la Chine Populaire. C’est ce que l’on appelle « le modèle 58″ en référence à ce que les autorités chinoises ont fixé comme critères de la pratique médicale. Ce modèle s’il est bien chinois, s’il se réfère bien à des textes anciens, n’a rien de traditionnel au sens où nous comprenons l’enseignement de la Tradition. Vaste débat dont vous trouverez prochainement les éléments dans un texte que j’ai intitulé : « l’acupuncture traditionnelle, ancienne et véritable en 7 considérations ». Bref la Chine Populaire est à la Tradition ce que les journaux d’Athènes sont à la philosophie grecque. De par le graphisme des lettres ça y ressemble, ça en a un peu l’apparence … mais … ce n’est pas la même chose.
Ainsi, l’autre jour; lors d’une conversation, une dame charmante évoquait un praticien qui aurait été formé par un maître (forcément …) chinois. Il se trouve que le chinois en question était bien un maître authentique (car il y en a). Mais nulle mention du professeur occidental qui fut le transmetteur, car le maître chinois en question n’était pas accessible autrement que par ce professeur. Exit donc le souvenir d’un pionnier.
Et hier c’était sur un site internet récemment créé. L’enseignant y prétend avoir rencontré (sans doute par hasard) la philosophie chinoise et se référant à (feu) son maître anglais, affirme sans complexe l’avoir largement dépassé, d’être plus royaliste que le Roi… Remarquez, ce maître il ne le rencontra au cours de ses propres études que lors des quelques jours de stages annuels organisés par son professeur français. Mais là encore, ce dernier n’est pas mentionné ….
Autant donc dans ces deux cas se référer à Hoang Ti, l’empereur légendaire de l’acupuncture traditionnelle, ancienne et véritable ! On est ainsi sûr de ne pas devoir grand chose à quiconque.
Franchement, pourquoi l’égo refuse-t-il simplement de rendre à César ce qui appartient à César ?
Est-ce se dévaloriser que d’admettre que l’on a reçu l’initiation de quelqu’un d’autre qu’un « Grand Maître chinois ou décédé » ? Et d’ailleurs qu’est-ce qu’un « Grand Maître » ? En d’autres termes pourquoi cette absence d’honnêteté intellectuelle concernant le maillon français ? S’agit-il du phénomène d’auto-dépréciation actuel de tout ce qui est français par des français qui doutent (ou que l’on fait douter par médias interposés) d’eux-mêmes?
Il existe une éthique comportementale lorsque l’on se réfère à la Tradition. Ne pas la respecter ne valorise personne. En France comme ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>